Archives du mot-clé sdf

Entourage

Entourage : un réseau social pour les personnes de la rue

Face à un SDF, la peur et l’ignorance l’emportent souvent sur le désir de lui venir en aide ou de lui parler. Jean-Marc Potdevin lance avec des bénévoles l’appli Entourage, pour repérer les personnes de la rue de nos quartiers, les entourer, les aider et les mettre en contact avec d’autres personnes de bonne volonté. Une vraie bonne idée à diffuser grâce à la vidéo créée pour l’occasion.

5289713_f42421b6-8886-11e5-9f1a-00151780182c-1_545x460_autocrop

Avec son appli mobile Entourage, il veut faciliter l’aide aux sans-abri

Et si toutes les associations d’entraide de la capitale pouvaient communiquer en temps réel, afin de répondre plus vite et encore mieux aux attentes des sans-abri qu’elles visitent en maraudes ? Et si les tous les Parisiens pouvaient, dans leur rue ou leur quartier, contribuer au réseau solidaire des associations ? Jean-Marc Potdevin y croit.

Pourtant ce quinquagénaire parisien n’est pas un naïf : jusqu’à tout récemment il était « homme d’affaires », manager et cofondateur de plusieurs start-up de la sphère Internet et internationale. Aujourd’hui il a « lâché le business » explique-t-il, pour ce projet associatif : « Entourage », comme il a baptisé l’application imaginée pour améliorer le secours aux sans-abri et perfectionner les liens entre les multiples associations solidaires. Jean-Marc Potdevin fait « le pari de changer le regard des gens, et de faire en sorte que la détresse de la rue devienne l’affaire de tout le monde. ».

L’idée lui est comme « tombée dessus », un soir d’hiver dans une rue du IXe arrondissement. Une rencontre, un homme en larmes, souffrant le martyr à cause d’un mal de dents. « Il m’a demandé de l’aide, voulait que je lui trouve un dentiste… je ne savais que faire et j’étais au pied du mur, alors j’ai utilisé l’outil que je connais le mieux : mon téléphone et les réseaux sociaux ». De contact en contact, Jean-Marc a ainsi « rebondi » jusqu’à trouver le médecin d’accord pour soigner le SDF. « Ce soir-là, j’ai compris que Pariscompte beaucoup d’associations, que l’aide existe, mais qu’on peut l’améliorer, en y incluant, par exemple, les habitants du quartier, qui sont un maillon trop souvent manquant pour relayer un besoin ou justement, y répondre, que ce soit pour un rasoir, un traducteur, une distribution de soupes… »

Suite sur Le Parisien