Archives du mot-clé Enfants

vati

Audience générale Place Saint Pierre : le Pape François sur l’attention due aux enfants

Cité du Vatican, 18 mars 2015 (VIS). Au cours de l’audience générale tenue Place St.Pierre, le Pape a conclu son cycle de catéchèse consacrée à la famille, en évoquant l’enfance et l’attention due aux enfants qui « sont un grand don pour l’humanité mais en sont aussi les grands exclus, dans la mesure où on ne leur laisse même pas la possibilité de naître… Moralement comme sociologiquement, la société est libre ou esclave d’intérêts internationaux selon comme elle traite les enfants… Durant nos premières années nous sont tous dépendants des autres, ce qui n’a pas été épargné au fils de Dieu. C’est le mystère de la Nativité… N’est-il pas curieux que Dieu n’ait aucune difficulté à se faire comprendre des enfants, et que les enfants n’en n’ont pas à la comprendre? L’Evangile contient des passages forts sur les enfants, les petits, un terme qui au-delà des enfant englobe tous ceux qui ont besoin de l’aide d’autrui ».
« Si les enfants constituent en soi la richesse de l’humanité, ils sont aussi une richesse pour l’Eglise car ils nous rappelle sans cesse la condition nécessaire pour gagner le Royaume. Pour y entrer, on ne doit pas se considérer auto-suffisant mais besogneux d’assistance, d’amour et de pardon…toutes choses que nous ne nous sommes pas accordées mais avons reçues avec le grand don de la vie. Ne prenons pas le risque de vivre comme si nous étions les patrons de notre existence, alors qu’elle ne dépend pas de nous. C’est une grande joie de constater qu’à chaque âge de la vie…nous sommes et demeurons des petits. Ce message, ce sont les enfants qui nous le rappellent… L’enfant voit avec confiance, et regarde en confiance ses parents, mais aussi Dieu, Jésus ou la Vierge. Son regard intérieur est lui aussi pur, non encore pollué par la malice et les autres nécroses du coeur. S’ils portent en eux le péché originel et manifestent l’égoïsme, ils conservent une pureté et une simplicité de fond. Ils ne sont pas calculateurs et expriment ce qu’ils ressentent et voient… Il n’ont pas encore appris l’hypocrisie des adultes… Leur simplicité intérieure les rend capables de tendresse…qui est signifie aussi poésie, la poésie de percevoir les choses et les événements sans une arrière-pensée utilitariste ». Puis le Pape a parlé de la capacité des enfants à rire et pleurer spontanément, deux attitudes que les adultes savent occulter: « Trop souvent notre sourire semble forcé ou de convenance ». Puissent les enfants « nous enseigner à sourire et pleurer spontanément! ». Certes, les enfants sont également sources de nombreux problèmes. « Mais il vaut mieux pour la société d’avoir ces soucis et ces problèmes que d’être une humanité triste et grise car privée d’enfants. On peut dire qu’une société est triste et grise lorsque son taux de fécondité est au plus bas ».
enfants flute

Vendredi 12 décembre 2014 : vendredi de la 2e semaine de l’Avent

Livre d’Isaïe 48,17-19.
Ainsi parle le Seigneur, ton Rédempteur, le Dieu Saint d’Israël : Je suis le Seigneur ton Dieu, qui te donne un enseignement salutaire, qui te guide sur le chemin où tu marches.
Si tu avais été attentif à mes commandements, ta paix serait comme un fleuve, ta justice comme les flots de la mer.
Ta postérité serait comme le sable, et tes descendants nombreux comme les grains de sable ; ton nom ne serait ni retranché ni effacé devant moi.

Psaume 1,1-2.3.4.6.
Heureux est l’homme
qui n’entre pas au conseil des méchants,
qui ne suit pas le chemin des pécheurs,
ne siège pas avec ceux qui ricanent,
mais se plaît dans la loi du Seigneur
et murmure sa loi jour et nuit !

Il est comme un arbre
planté près d’un ruisseau,
qui donne du fruit en son temps,
et jamais son feuillage ne meurt ;
tout ce qu’il entreprend réussira,
tel n’est pas le sort des méchants.

Mais ils sont comme la paille
balayée par le vent :
Le Seigneur connaît le chemin des justes,
mais le chemin des méchants se perdra.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 11,16-19.
En ce temps-là, Jésus déclarait aux foules : « A qui vais-je comparer cette génération ? Elle ressemble à des gamins assis sur les places, qui en interpellent d’autres :
‘Nous vous avons joué de la flûte, et vous n’avez pas dansé. Nous avons entonné des chants de deuil, et vous ne vous êtes pas frappé la poitrine. ‘
Jean Baptiste est venu, en effet ; il ne mange pas, il ne boit pas, et l’on dit : ‘C’est un possédé’ !
Le Fils de l’homme est venu : il mange et il boit, et l’on dit : ‘C’est un glouton et un ivrogne, un ami des publicains et des pécheurs. ‘ Mais la sagesse de Dieu se révèle juste, à travers ce qu’elle fait. »