publicite_gleeden

Pétition anti-gleeden

Les Précurseurs ont lancé en septembre 2014 une pétition pour lutter contre les campagnes d’affichage de Gleeden, premier site de rencontres adultérines en France.

A date, plus de 15 500 personnes l’ont signé.

Aleteia a relayé l’information :

Promotion de l’adultère : le ras-le-bol s’exprime

Luxurieuses et lucratives, les campagnes publicitaires de Gleeden, « premier site de rencontre extraconjugale », sont une agression infligée à tous, notamment via la RATP. La pétition de CitizenGO entend y mettre fin.

 Texte de la pétition

Pétition à l’attention du Président de Metro Bus
Monsieur Gérard Unger,

Vous êtes le Président de Métro Bus, la Régie Publicitaire de la RATP, et à ce titre, vous êtes responsable des publicités choquantes de la société Gleeden qui s’affichent devant les voyageurs des transports de l’Ile de France.

Ces campagnes font depuis plusieurs années l’apologie de l’adultère en en valorisant tous les « bienfaits ». Les Français, obligés de « sourire » chaque trimestre aux campagnes dégradantes du « premier site de rencontres extraconjugales » ont perdu patience avec la nouvelle campagne de rentrée, visible dans toutes les stations de métro et sur tous les bus.

A l’heure où la fonction présidentielle est fragilisée à cause de la banalisation de l’adultère…

…à l’heure où l’infidélité est responsable de plus de la moitié des divorces, occasionnant ainsi pour les parents : paupérisation, sentiment d’échec, dépression, isolement social… ; et pour les enfants : troubles caractériels (violence, fugues…), peur d’être abandonné, moindre confiance, dépression, moindre réussite scolaire…(88 % des enfants en ont gardé des séquelles à vie)

…A l’heure où la fidélité reste une des valeurs les plus importantes aux yeux des Français,

…à l’heure où la famille est systématiquement plébiscitée en tant que valeur première dans tous les baromètres sur la confiance et les valeurs,

…à l’heure où la RATP incite les passagers du métro à respecter les règles de civilité dans le cadre des campagnes « restons civils sur toute la ligne »,

…à l’heure où la loi, stipulant dans l’article 212 du Code civil que les époux se doivent fidélité, est le dernier rempart contre la barbarie,

…il n’est plus temps de cautionner un tel délitement de nos valeurs les plus profondes et de nos lois les plus anciennes !

C’est le moment de défendre ce pilier fondamental du couple, inscrit dans le Code Civil : la fidélité, et ses valeurs afférentes de respect, de loyauté, d’engagement et d’honnêteté, qui concourent toutes à l’Intérêt Général et à l’Ordre Public.

Aussi nous vous demandons instamment, et en nombre, de prendre la décision de retirer ces publicités scandaleuses dans les plus courts délais et de vous excuser auprès des clients de la RATP.

Par ailleurs, le texte envoyé aux membres de la communauté CitizenGo était davantage explicite : 

Le site Gleeden, « premier site de rencontre extraconjugale » vient de sortir sa nouvelle campagne d’affichage de rentrée, incitant une fois de plus à l’adultère en remerciant leurs clients pour leur fidélité au site et par voie de conséquence, leur infidélité conjugale.

A l’heure où les dégâts de l’infidélité ne sont plus à démontrer puisque visibles au sein des familles, auprès de nos enfants, au cœur de la société et jusqu’au plus haut niveau de l’Etat, allant jusqu’à fragiliser la fonction présidentielle, il n’est plus temps de laisser ces campagnes outrager nos valeurs et blesser nos convictions les plus profondes. Ces publicités sont par ailleurs illicites puisqu’elles contreviennent à l’article 212 du code civil qui exige la fidélité des époux.

Nous demandons ainsi à Gérard Unger, Président de la Régie publicitaire de la RATP de prendre aujourd’hui ses responsabilités en retirant ces campagnes immédiatement.

http://citizengo.org/fr/11287-non-gleeden-ratp

Les usagers du métro parisien ont en effet perdu patience face à ces campagnes qui finissent par nuire dramatiquement à l’image de marque de la RATP.

D’un côté, la fidélité reste une des valeurs les plus importantes aux yeux des Français (« très importante pour contribuer au succès d’un mariage » pour 84 % des personnes interrogées dans la dernière enquête sur les valeurs préférées des Français, menée en 2008).

Et de l’autre, la majorité des divorces sont liés à l’infidélité comme les études le montrent sans ambiguïté (étude Union des familles en Europe – 2011), des divorces qui occasionnent, pour les parents : paupérisation, sentiment d’échec, dépression, isolement social… ; et pour les enfants : troubles caractériels (violence, fugues…), peur d’être abandonné, moindre confiance, dépression, moindre réussite scolaire…(88 % des enfants en ont gardé des séquelles à vie).

Ces usagers se sont exprimés à diverses reprises pour manifester leur opposition.

Signez : http://citizengo.org/fr/11287-non-gleeden-ratp

Par ailleurs, depuis quelques années, de nombreux articles ont fait état du caractère choquant de ces publicités : « Gleeden: la campagne « pro-adultère” qui choque », « Gleeden ou le commerce cynique de l’adultère », « Louange publique de l’adultère ? Et la famille ? », « Campagne de Gleeden.com : Au nom du vice et du Saint Esprit », « l’adultère dans le métro », « la fronde de catholiques contre la campagne Gleeden »…

Enfin, le 6 décembre 2013, des usagers du métro parisien ont porté plainte auprès du Jury de Déontologie Publicitaire, mais se sont retrouvés face à deux défenseurs de la société Gleeden pour le moins étranges : d’un côté, Stéphane Martin, Directeur Général de l’ARPP(Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité), qui n’est autre que l’organisme de tutelle de ce jury de déontologie, et de l’autre, Gérard Unger, le président de la régie publicitaire de la RATP par ailleurs administrateur de l’ARPP, et destinataire de cette présente pétition.

Dans sa décision du 26 décembre 2013, sans surprise, le jury a jugé ces plaintes infondées en considérant que ces publicités étaient  licites, décentes, loyales, ne choquaient personne et avaient un sens aigu de la responsabilité sociale.

A travers ce jugement inique et entaché de partialité, qui a dégradé la confiance que le public pouvait porter au marketing, le Jury de Déontologie Publicitaire avalisait pleinement l’ambition de Gleeden de briser l’institution du mariage : « L’infidélité est résolument dans l’air du temps. Aussi, notre parti pris est d’ancrer la nouvelle identité de marque de Gleeden au cœur même de l’origine de la notion d’infidélité : le mariage. Gleeden est une véritable marque, haut de gamme et référente sur le territoire de l’infidélité. A l’heure où l’évolution de l’institution du mariage déchaine les passions, nous assumons la portée polémique de cette campagne mettant en image le contre-symbole de l’un des piliers fondateurs de l’union ».

Aujourd’hui, seul le nombre de pétitionnaires sera susceptible de changer la donne en faisant pression sur la RATP qui n’a nul intérêt à prendre le risque d’une dégradation de son image de marque, en donnant le sentiment de justifier ces actes d’incivilité.

N’attendez pas, signez dès aujourd’hui la pétition et transmettez là à tous vos proches : chaque jour compte pour que cette campagne soit retirée au plus vite : http://citizengo.org/fr/11287-non-gleeden-ratp

Gageons que parmi les 35 millions de couples mariés civilement, de nombreuses voix s’élèveront pour défendre ce pilier fondamental du couple, inscrit dans le Code Civil : la fidélité, et ses valeurs afférentes de respect, de loyauté, d’engagement et d’honnêteté, qui concourent toutes à l’Intérêt Général et à l’Ordre Public.

Sincèrement,

Toute l’équipe de CitizenGO et Les Précurseurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *